Voyager au Japon VS Vivre au Japon #1

Voyager au Japon VS Vivre au Japon #1

Pour une fois, je ne sais pas si je dois dire konnichiwa ou nihao~

A l’heure où j’écris ces mots et que je publie cet article, je suis à Taipei pour quelques jours. Le voyage est l’occasion de découvrir une nouvelle culture, des nouveaux paysages et de se découvrir soi-même. La découverte de soi est également présente quand nous partons longtemps à l’étranger, comme quand on part y vivre pour quelques mois. Que ce soit en voyage ou en vie de tous les jours, un pays peut nous charmer au point de nous faire tomber amoureux/se. Néanmoins, entre le voyage et vivre dans un pays, divers points ne sont pas identiques en fonction de notre statut dans le pays en question.
Des petites comparaisons entre voyager au Japon et vivre au Japon volume un?

1- Les transports

En voyage

JR Pass, Pass métro sont, entre autre, vos amis. Le JR Pass est LE titre de transport le plus connu quand on voyage au Japon, le Saint Graal pour les personnes qui aimeraient voyager dans diverses villes éloignées en peu de temps. Avec ces pass, on ne se rend pas compte du prix réel des transports vu qu’on ne « paie » pas le prix du Tokyo-Kyoto, par exemple, à son juste prix mais qu’on paie l’abonnement. Pour les personnes qui connaissent pas le JR Pass, le JR pass permet de prendre tous les types de trains de la compagnie Japan Railways en illimité, même le Shinkansen, le TGV japonais. Que vous preniez le train locaux pour 2 stations ou que vous montez dans le shinkansen direct Kyoto ou Hiroshima, le tout est inclus dans l’abonnement donc vous n’achetez pas de ticket sur place. Il existe en forfait de 7, 14 et 21jours. Au niveau des prix, celui-ci est fixé en yen et commence à 29 110¥ (7 jours), avant d’augmenter à 46 390¥ (14 jours) pour atteindre 59 350¥ (2 jours). Bien sûr, le prix est croissant mais le tout reste avantageux pour les personnes souhaitant se déplacer de nombreuses fois en shinkansen surtout. Si vous souhaitez faire une simulation voir quel JR Pass vous convient le mieux, je vous conseille le site Hyperdia qui permet d’avoir les horaires d’un trajet voulu mais aussi son prix. Une version plus locale des JR est disponible, ce qui permet de visiter une région précise pour une durée précise. Pour plus d’info sur les JR Pass, avec les prix en euro, les pass régionaux, vous pouvez regarder juste !
Les pass pour les métro fonctionne de la même manière avec, en fonction du titre acheté, de prendre le métro tokyoite illimité sur une seule compagnie ou les 2 (oui, Tokyo possède deux compagnie de métro) pendant 24h, 48h ou 72h. Avec ces offres, nous avons donc l’impression des métro et surtout des shinkansen sont peu chers.
Autre avantage, les touristiques ne connaissent pas forcément les heures de pointes et ne voit que les métro et/ou calmes, avant ou après l’effervescence. En effet, les heures de pointes sont souvent entre 7h, voire plus tôt, et 8h45, heures auxquelles la majorité des touristes sont au petit-déjeuner. Le soir, les heures de pointes commencent vers 18h en fonction des lignes et se poursuivent jusqu’à 20h. Et, pour avoir testé les deux, les heures de pointes tokyoites sont bien différentes des parisiennes…

Y vivre

En devenant résidant du Japon, nous perdons tous tous ces avantages et nous devons payer plein tarif. En effet, pour le JR Pass et les pass métro, le personnel vérifie notre passeport et regarde alors la date d’entrée sur le territoire et le « visa » utilisé (les 90 jours autorités sans visa n’est pas considéré comme un visa en soi mais plus comme un permis d’entrée). Pour vous donnez un aperçu de la taille d’un visa japonais, il prend toute une page du passeport. Autant dire qu’il est ainsi impossible de le louper. Et une fois ce visa collé, pour toute sa durée, nous perdons les avantages des personnes venant sans visa. Nous devons donc tout payer plein tarif, bien que la compagnie JR tente de mettre en place des tarif préférentiels pour les résidents mais ils sont encore limité et doivent être utilisés sur des périodes précises. Ainsi, pour vous donner un aperçu, pour le Shinkansen, un Tokyo-Kyoto coûte 13 710¥ pour le trajet avec 8 210¥ de billet en soi et 4 870¥ pour le siège, vu qu’il faut payer les deux. Lorsque nous achetons un billet SNCF, nous payons les 2 ensemble et avons un seul billet tandis qu’au Japon nous avons 2 tickets différents, le billet de train et le billet réservation du siège, vu qu’on peut payer le train par Suica. Donc, ceci revient à 27 200¥ aller-retour avec un siège réservé. Pour le cas des sièges non-réservé, c’est-à-dire des wagons avec les mêmes sièges sauf que pas de place attribuée en mode 2A pour nous. Un peu moins cher. 13 080¥ le trajet. Donc, prendre des shinkansen même pour les petites distances, comptez au moins 3 000¥ pour les petits trajets d’une demie heure.
Concernant les déplacements plus petits avec le métro, le tarif varie en fonction de la distance. Il n’existe pas de zone comme chez nous, zone 1, zone 2, zone 3, et ainsi de suite. Nous payons à la gare une certaine somme précise au départ de cette gare qui nous permet d’atteindre toutes les gares ayant ce tarif. Concrètement, depuis la gare d’Asakusa jusqu’à la gare de Shibuya, le trajet coûte 240¥. De ce fait, à la gare d’Asakusa, j’achète un ticket de 240¥ et ce ticket me permet d’aller à toute les gares de la même compagnie de métro dont le trajet coûte 240¥. Car oui, si vous changez de compagnie de métro, il faudra parfois racheter le ticket ou faire attention à bien prendre la borne qui permet de récupérer le ticket pour prendre la correspondance (le ticket sont avalé par la borne de sortie pour éviter la fraude). On pourrait se dire « ok, pas de soucis. Il doit bien y avoir un abonnement type Navigo ». Comment dire que non? Il existe bien une carte de transport mais celle-ci est une carte que nous devons recharger. Nous payons ainsi le trajet légèrement moins cher, faisant l’économie sur le papier. Néanmoins, les entreprises prennent bien en charge les frais de transports mais uniquement sur le trajet maison-travail. Il existe deux options: soit l’entreprise paie les frais réels soit l’entreprise rembourse x¥ par jour pour les transports. De ce fait, si l’entreprise ne vous rembourse que le trajet maison-travail, vous pouvez prendre autant que vous voulez le train sans payer, même si vous payez une certaine partie à l’entreprise. Cependant, si vous quittez cette portion de ligne, vous devez payer normalement votre titre de transport.
Enfin, l’heure de pointe. J’aime toujours prendre le train le matin pour me rendre à certains endroits et me retrouver menton sur l’épaule d’un inconnu pendant que j’écrase le pied d’un autre salarié avant de leur tomber dessus car le train freine brusquement. Et cette douce impression d’étouffer.

2- La nourriture et son prix (restaurant, faire les courses, etc)

En voyage

De manière générale, les restaurants sont peu chers et, si vous parlez assez japonais pour comprendre les menus et commander ou si les plats sont exposé en plastique devant le restaurant, vous pouvez en avoir pour un prix raisonnable en fonction du lieu. Souvent, comptez maximum 1000¥ par repas. Dans certains quartiers touristiques, les prix peuvent monter entre 900 et 1500¥ le plat. Néanmoins, les plats sont copieux et sortir au restaurant reste plus abordable qu’en France. Pour les plus petits restaurants et les endroits moins touristiques, le tout devient encore plus abordable, aux environs de 500¥, voire moins. Les plats sont assez variés, bien qu’ayant la même base de bol de pâtes avec un bouillon. Mention spéciale pour les tempura qui sont des beignets de crevette et/ou légume dont la friture est plus légère qu’on ne le pense. Sushi, okomiyaki, monja, les izakaya, ces bistrots japonais, ramen, udon et soba, la street food japonaise, autant de plats et restaurant qui sont délicieux!

Y vivre

Pour une raison ou une autre, aller au restaurant à chaque repas n’est pas possible, que ce soit pour les goûts, le manque de temps ou tout simplement le prix. Concernant les prix, celui des des fruits et légumes sont très hauts, beaucoup plus que chez nous. Autant les légumes type racines tels que les carottes, oignons, navets, choux, sont encore abordables, tout comme les poivrons, salades. Néanmoins, les autres fruits, principalement, ont des prix exorbitants. Comptez 130¥ pour une pomme, près de 500¥ pour 6 abricots, 3 000¥ pour 200g de raisins environs, comme j’ai pu voir dans mon supermarché. Petite précision, les prix ne sont pas indiqués au kilo comme chez nous. Au Japon, nous payons une quantité précise et c’est tout. Ainsi, n’y a pas de balance à l’instar de la France; le prix indiqué est soit pour le sachet de 3 carottes, par exemple, soit par pièce. Rajoutez à ceci que ce ne sont pas forcément les mêmes équipements ménagés et manque de four traditionnel. Le four traditionnel est souvent remplacé par un petit four qui sert aussi de toasteur et assez grand pour mettre 2 tranches de pain. En soi, ceci demande simple de l’adaptation mais, au premier abord, ça surprend et il est bon de le savoir en amont. Il est très facile de ne faire de cuisine ici dans la mesure où il existe une surabondance du tout fait, des plats tout prêt qui sont même chauffé sur place. Ainsi, une fois chez soi, on peut directement le manger sans aucun effort. De plus, au bout d’un moment, l’envie de manger autre chose que les plats que nous trouvons au restaurant, même si ces derniers sont abordables et bons, apparait. En effet, venir pour 3 semaines au Japon et manger tous les midi et soir dans les restaurants quand on n’a peu l’habitude de manger de la nourriture japonaise est autre chose que de vivre ici et de voir souvent les mêmes plats au restaurants L’envie d’avoir tel plat avec tel aliment arrive également. Il faut ainsi, en fonction du quartier, soit prendre le métro et changer de lieu soit…le faire soi-même.

3- Wifi et la data internet

En voyage

Quand on vient au Japon en voyage, il existe divers moyens d’avoir internet partout, surtout en dehors de l’hôtel avec pocket Wifi, ces routeurs qui permettent d’avoir un wifi privé partout, ou carte Sim avec data parfois illimitée pour une durée donnée. De manière général, ces options sont assez rentables, surtout pour des petites durées et si vous êtes des gros consommateurs d’internet. De manière générale, les cartes Sim pré-payées sont moins chères et vous pouvez en acheter en ligne en avance ou sur place, directement à l’aéroport ou point de vente d’opérateur.

Y vivre

Néanmoins, la pocket Wifi revient chère pour le long terme et la carte Sim avec uniquement de la data est une option qui disparait rapidement étant que nous avons souvent besoin d’un numéro de téléphone japonais donc de prendre une carte sim avec data ET numéro. De plus, le prix des forfaits pour des SMS et appels payants et peu de data sont peu donné. En effet, la démocratisation des forfaits abordables commence depuis quelques années au Japon alors que les alternatives des grands opérateurs français, comme Orange, Bouygues et SFR, existent depuis longtemps avec Free ou Sosh par exemple. Au Japon, les opérateurs comme Line, Y!mobile, UQ, dépendent également des principaux opérateurs (Docomo, Softbank, AU). Concrètement, je paie environ 15€ pour 6GB d’internet et j’ai tous mes sms et appels payants chez Y!mobile. J’ai bien sûr comparé les différentes offres et les SMS et appels sont presque toujours payants.

4 – Le logement

En voyage

Quand on vient au Japon en voyage, plusieurs options s’offrent à nous concernant l’hébergement. Auberge de jeunesse avec un lit en dortoir, souvent appeler guest house ici, les share house qui sont des colocations où il est possible d’avoir sa propre chambre mais airbnb qui permet de louer son propre petit appart, les ryokan, les auberges traditionnelles où l’on dort souvent sur les futon à même le sol, les hôtels capsule, où nous louons un espace grande comme notre lit dans des capsules, ou le plus classique, l’hôtel. On en trouve pour tous les prix, tous les goûts et partout en ville. Dans les grandes villes touristiques, le choix est réellement vastes. En s’y prenant assez rapidement, il est également possible de trouver des nuités pour un prix abordable. Il existe, comme en France diverses chaines d’hôtels comme APA hôtels, qu’on pourrait comparer à Ibis hôtel, ou Agora Palace, Nikko Hôtel, Mitsui, parfois Mitsui Garden. Cependant, vous pouvez facilement trouver des plus petits hôtels ou des hôtels indépendants. Il est possible de trouver des nuits à partir d’une petite dizaine d’euros, même dans les grandes villes comme Osaka, mais la chambre permet simplement d’installer son futon et de mettre sa valise et puis voilà. L’isolation est loin d’être optimale mais, pour une personne, pour dormir, ça reste raisonnable. Pour une chambre d’hôtel classique, privée avec sanitaires privés, à titre indicatif, comptez une trentaine d’euro au moins. Par exemple, une nuit dans un APA Hotel à Kanazawa début août coûte 4 500¥.

Y vivre

Comme vous vous en doutez, en vivant au Japon, comme dans tous pays en fait, les possibilités de logements se réduisent. Ainsi, il ne reste que les appartements classiques et les share house. Néanmoins, la majorité des personnes venant au Japon avec un visa étudiant en dehors des échange universitaires ou un visa vacances travail logent en share house. Pourquoi donc? Il est possible de réserver sa chambre dans une share house sans la visiter grâce à Internet. De plus, les prix sont souvent charges incluses, ou elles sont clairement indiquées, ce qui permet d’avoir un loyer fixe. De même, avec un visa qui ne nous permet pas toujours d’avoir des rentrées d’argent fixe et/ou pas assez pour assumer tous les frais d’un appartement, la share house semble être l’option idéale. Outre ceci, louer un appartement est cher au Japon. En plus de la caution nécessaire, il faut donner de l’argent pour le key money et quelques mois de loyer en soigne de gratitude, mois de loyer que nous reverrons jamais. Ainsi, il faut compter une bonne demie année de loyer juste pour avoir les clefs. Néanmoins, pour les personnes désirant tout de même un appartement sans forcément payer tout ceci d’un coup, certaines compagnies de share house proposent des appartement à la location. Je vous laisse la vidéo juste de Blood is New black qui montre son appartement japonais et qui aborde mieux que moi tout ce qui est appartement et sa location.

5- Être Occidental

En voyage

Dernier point mais pas des moindres, être Occidental au Japon quand on est touriste. De manière générale, les Japonais sont impressionnés de voir des étrangers ici, surtout quand on dit qu’on est Français étant donné qu’ils ont souvent une assez bonne image du pays de la baguette et du béret. Ils sont très gentils et serviables au premier abord. Pour vous donnez un aperçu, lors de mon premier voyage, quand nous étions perdus, nous sommes allés dans un magasin et une des vendeuses, voulant tellement nous aider, a pris sa pause pour nous accompagner jusqu’à l’hôtel. Comme touristes, nous avons rarement cette impression que les Japonais sont froids ou autre. Nonobstant, les touristes restent souvent dans les mêmes quartiers, des quartiers centraux, et ceci est également valable pour certaines villes comme Kyoto et Hiroshima. Dès qu’une personne sort un peu des sentiers battus, les Japonais peuvent être surpris mais aussi touchés de voir que nous voulons comprendre parfois plus loin leur culture, leur quotidien. Dès qu’on voyage un peu seul, il n’est pas rare que quelqu’un vienne nous parler dans le train juste par gentillesse, pour envie de savoir ce qu’on fait, d’où on vient.

Y vivre

Cependant, ce qui se passe au dessus n’est qu’une réalité. Certaines situations arrivent parfois en étant également touristes mais… parfois, on ne s’installe pas forcément à côté de nous car nous sommesOccidentaux. Combien de fois la personne est partie quand je me suis installée à côté de lui. Ca fait bizarre, même si certains Japonais le font aussi avec les Japonais. Dans les situation qui peuvent aussi arrivée en étant touriste, il y a ce changement d’attitude quand on dit qu’on n’est pas Américains, vu que les Américains ne sont pas toujours très aimés ici. Dans la suite des anecdotes marrantes et des petites différences « gentilles », courant mars, je suis allée chez une amie qui habitait en colocation dans un quartier peu touristique et j’étais perdue. Une voisine vient me voir, demande ce quelle adresse je cherche. Quand je donne l’adresse de mon amie, elle m’a répondu « aaaaaah! La maison des étrangers!! ». Pour une colocation de 3 avec des amis qui ont dormi quelques fois chez eux.
Derrière tout ceci, il existe bien sûr le simple fait d’être étranger et les papiers à faire, être en règle, s’enregistrer à la mairie, ouvrir son compte bancaire, entre autre. Et là, parfois, les démarches ne sont pas toujours en anglais ou pas très bien expliquées tout comme les différences administratives entre la France, par exemple, et le Japon. Aussi, si jamais vous avez, comme moi, 3 prénoms, même 2, pensez à les mettre directement partout sur tous les papiers officiels. Ca vous fera gagner du temps étant donné que les Japonais ont tendance à vous appeler pour chaque petite erreurs administratives au lieu de vous appeler à la fin, pour gagner du temps.

Voilà une infime partie des différences entre le fait de vivre au Japon et le voyage d’y voyager. J’espère également vous avoir fait (re)découvrir certains coins du Japon que je ne mets pas forcément en avant au travers des photos de l’article. Certains points vous étonnent ou vous choque? Une partie 2 vous tente? J’ai encore beaucoup de comparaisons sous le coude!

Bisous <3