Takayama, nichée dans les montagnes

Takayama, nichée dans les montagnes

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous? Après quelques imprévues qui m’ont apporté de la joie, des moments simples mais précieux, je reviens avec un article sur la ville de Takayama. Quand nous pensons au Japon, nous avons souvent l’image d’un pays moderne, rempli de technologie, dont la nature semble quand même loin par endroit. Takayama, aussi appelé Hida-Takayama à cause de son ancienne appartenance à la province d’Hida, se situe à 3h de train depuis la gare de Tokyo. Une petite visite de la ville pendant la Golden Week, ça vous dit?

La ville de Takayama est très souvent comparée à la ville de Kyoto, ayant même le surnom de « La Petite Kyoto », et pour cause! Non seulement les rues sont organisées en damier mais elles ont su gardé une atmosphère plus ancienne, de l’ère Edo (1600-1868), si ce n’est la même apparence pour certains quartiers!

Paradis pour les gourmets de boeuf

Si je vous demande si vous connaissez le boeuf de Kobe, vous me répondriez sans doue que, oui, vous connaissez ce boeuf. Cependant, le boeuf d’Hida, en avez-vous entendu parler? Le boeuf japonais est réputé dans le monde et est repris par le terme wagyu, boeuf japonais, et est également le nom des boeufs noirs. C’est la viande de ces boeufs noirs qui est utilisée pour le boeuf de Kobe et celui d’Hida. Si le boeuf japonais est si connue, c’est pour la graisse qui est persillée tout autour du muscle. Contrairement à la viande française, où la graisse est localisée, il et très impossible de retirer tout le gras de la viande de boeuf. Cru, ceci surprend mais c’est cette omniprésence de graisse qui apporte le fondant et le goût tendre de la viande. Dans le cas du boeuf d’Hida, le boeuf doit être élevé dans le département de Gifu, où se situe Takayama, pendant d’au moins 14 mois.


Il existe divers moyens de manger du beouf d’Hida, que ce soit en brochette comme on peut en trouver dans la rue, en pain de viande, une nouvelle fois vendus dans la rue, ou encore en steak, en fondue japonaise, sukiyaki, ou en fondue chinoise, shabu-shabu. Dans les deux derniers cas, vous trouverez aussi des légumes comme des carottes, du chou, des racines de lotus, et des champignons. Bien sûr, d’autres légumes peuvent également accompagnés les plats. La cuisson change le goût du boeuf, lui donnant ainsi de différents arômes en fonction de la sauce, de la préparation.
Si vous souhaitez goûter ce boeuf, comptez au moins 3 000¥ par personne, au minimum, pour un plat en restaurant. En fonction du plat et du poids, vu que vous commandez une quantité précise, les pris peuvent varier entre 4 000¥ et 6 000¥.

Hautes maisons, toits de chaume et petites rues

Takayama est une ville nichée dans les Alpes japonaises qui possèdent un climat froid en hiver avec de nombreuses chutes de neige. Les habitants ont dû s’adapter et ont créé des maisons aux toits hauts et fortement inclinés, le tout recouvert de chaume. L’exemple le plus connu est celui des villages de Shirakawa-go. Shirakawa-go se trouve à un peu moins d’une heure de voiture. Cependant, il est possible d’admirer ses maisons dans le village folklorique d’Hida qui se situe un peu plus au sud de la gare de Takayama. Ce village style écomusée a conservé ainsi un village d’antan où il est possible de visiter certaines maisons. Je reviendrai plus sur l’architecture des maisons de cette région lors d’un article sur Shirakawa-go. Cependant, vous pouvez déjà remarqué un foyer se situant au centre de la maison, pour ainsi chauffer tout le bâtiment et éviter le déclenchement d’un feu. De plus, la forte pente permet de retenir et d’aider la neige à fondre en hiver.
Paradoxalement, les rues de la vieille ville de Takayama, elles, sont plus étroites et les maisons noires. Lorsque la ville a été construite sous la forme actuelle, au cours du 17ème siècle, les seigneurs locaux interdisaient aux habitants d’utiliser du bois précieux pour construire leur maison. Ainsi, pour contourner cette interdiction, les habitants ont peint leur maison en noir, cachant ainsi les bois précieux.

Sarubobo

Protecteur de Takayama et de sa région, le Sarubobo ressemble à un singe rouge sans visage. Son nom est composé du mot singe, saru, et du mot poupée, bobo. Nous pouvons ainsi comprendre que le sarubobo est une poupée en forme de singe. Selon la tradition, si l’amulette ne possède pas de visage défini, contrairement à de nombreuses autre amulettes protectrices abordant un personnage, c’est pour mieux imaginer le visage de la personne désirée. Le fait de posséder un sarubobo est censé apporté de la joie et une stabilité financière. Etant fait en tissu, dans l’ancien temps, les grands-mères cousaient des sarubobo pour leurs petits-enfants, surtout lors de leur mariage, pour s’assurer d’une bonne fertilité et de joie dans le couple. Les poupées étaient alors faites de divers chutes de tissus et de différentes tailles. Nous retrouvons les premières traces de sarubobo au cours de la période Edo, entre 1600 et 1868, et était un jouet dans les familles d’agriculteurs.


Concernant les couleurs, il existe plusieurs couleurs et chaque couleur a une protection plus spécifique. Le rouge, la couleur la plus répandue, est celle qui repousse le mauvais esprit, surtout envers les jeunes enfants, avoir un bon mariage et la protection de la famille. Il s’agit de la couleur la plus répandue. Nous pouvons également trouver des sarubobo rose, pour l’amour afin de trouver son âme soeur et, pour ceux qui l’ont déjà, que tout aille bien; le bleu est tourné vers les études; le vert est, comme souvent, la couleur de la santé et qu’elle dure longtemps. Certains sont également orange, pour avoir une famille nombreuse, le jaune est tourné vers la réussite et la stabilité financière, la couleur étant proche de l’or. La couleur or, elle, aide à développer son talent. Le violet permet d’avoir une longue vie remplie de succès. Le sarubobo argenté est pour l’amitié, étant ainsi souvent offert à des amis. Enfin, le noir permet de repousser les mauvais esprits, éloigner la malchance.

Et vous, connaissiez-vous Takayama? Aimeriez-vous y aller?

Bisous <3