Quelques jours à Taipei #1

Quelques jours à Taipei #1

Bonjour tout le monde!

Aujourd’hui, je reviens non pas avec un article sur le Japon mais sur le Taiwan, plus précisément mes quelques jours à Taipei. Bien que mon aventure se soit principalement déroulé au Japon, j’en ai profité pour partir un peu découvrir l’Asie, même si ce n’est qu’un seul pays! Décollage immédiat pour Taipei!

Courant juin, j’ai eu la possibilité de partir quelques jours à Taiwan, plus précisément à Taipei, avec une amie de lycée. Je ne sais pas pourquoi mais depuis toujours, j’ai eu cet attrait pour Taiwan, depuis que j’avais regardé le drama Devil Deside You (Oui oui, un drama qui date de 2005…!). Autant dire qu’en étant à Tokyo, c’était la bonne occasion de réaliser un autre de mes rêves. A l’instar des compagnies low cost européennes, il existe également des compagnies à bas prix en Asie, ce qui permet de limiter les frais. Tokyo et Taipei étant à moins de 4h de vol, je ne pouvais pas rater l’occasion d’aller visiter Taipei. J’avais hésité avec la Corée mais Taiwan est encore un pays peu visité, du moins, moins que la Corée et y aller depuis Paris est un peu plus compliqué que de faire Paris-Séoul. Et le fait aussi d’avoir une amie avec qui découvrir Taipei m’a motivée plus que tout. C’est comme ça que je suis partie quelques jours à Taipei fin juin et autant dire que je ne regrette pas du tout cette pause dans mon aventure japonaise!

Le Airbn’b que nous avions pris se situait dans le quartier de Shilin, non loin du night market de Shilin. Quelque chose que j’ai vraiment apprécié à Taipei est le nombre de marché de nuit qui apporte beaucoup de fraicheur dans les lourdes journées d’été taïwanaises. En effet, l’humidité est très présente en été à Taiwan, plus qu’on ne peut l’imaginer si nous avons jamais été dans un pays moite en pleine saison chaude. Ainsi, dans ces marchés, outre de la nourriture de rue peu chère et très souvent bonne, des jus de fruits exotiques frais (j’ai bu le meilleur jus de la passion de ma vie là-bas!) et des nombreux magasins de bubble tea, vous pouvez également trouver des restaurants ouverts, des bars et les magasins encore ouverts.
Le marché de Shilin, mon coup de coeur niveau night market, a été fondé en 1913. Le marché est divisé en deux, avec les jeux à gains, boutiques fantaisie au rez-de-chaussée et de la street food en bas. Une catégorie nourriture se trouve en fin de l’article car la nourriture taïwanaise n’est pas très connue et pourtant, qu’elle est bonne! Le jeux sont souvent des chamboule-tout, des flippers artisanaux, la pêche au canard et si vous gagnez, très souvent, vous repartez avec une peluche. Ne soyez pas étonné de voir des familles ou des jeunes avec une plus ou mois grosse peluche. Les rues environnantes du marché couvert sont également très vivantes. Comme dit plus haut, de nombreuses boutiques donnent pignon sur rue. Chaussures, vêtements à la mode, petit électronique, vous pouvez tout acheter. Ce que j’ai préféré avec le night marker de Shilin est son temple qui se trouve juste à la fin du marché. Comme par magie, parmi cette foule et ses immeubles d’habitation dans les tons blancs, bruns, le temple de Cixian se dresse devant nous. A l’instar la majorité des temples taoïste, le temple de Cixian est très coloré, jaune, rouge, bleu, décoré de nombreuses statues. Ceci est impressionnant quand on pense à la sobriété des temples et sanctuaire japonais. Si vous partez à Taipei, faire un marché de nuit est indispensable et celui de Shilin a été une bonne surprise. De plus, il se situe non loin d’une station de métro et de diverses attractions touristiques.

Pour rester dans la thématique des temples taoïstes, nous sommes allées, le deuxième jours, voir le temple Bao’an dont les photos me donnaient tellement envie. Situé dans ce qu’on pourrait appelé la vieille ville de Taipei, le temple date de la fin du XVIIIe siècle et a été rénové en 2003. Celle-ci a été faite avec tant de soin que l’UNESCO lui décerne le prix UNESCO Asia-Pacific Hertitage Award for Culture Conservation. Le temple Bao’an est d’ailleurs classé comme monument historique par le gouvernement taïwanais depuis 1985. Sans le voir, nous sommes allées voir ce temple à la même période que des cérémonies pour remercier les divinités qui se déroulent de mars à juin. Ce festival s’appelle Baosheng Cultural Festival. A cette occasion, le temple était décoré de nombreuses fleurs et fruits, apportant énormément de couleurs malgré le temps pluvieux que nous avions. Le temple Bao’an est dédié à un empereur, Baosheng (979-1036), qui, outre des Hommes, aurait soigné un dragon et un tigre. Grâce à ceci, il est devenu la divinité de la Médecine. Le temple est vaste, très colorés, avec divers renforcements pour se recueillir plus calmement. Les bêtes et créatures sculptées respectent la hiérarchie de la religion taoïste. Des livrets en anglais sont d’ailleurs disponible à l’entrée du temple.

Le temple Longshan est un temple bouddhiste construit en 1738. En plus d’être un lieu de culte, ce temple est un centre d’art martial. Il est intéressant de noter que ce temple est l’un des plus anciens et le grands de Taiwan. Bien que la déesse principale est Guan Yi, déesse de la Compassion, le temple vénère également la déesse de la Littérature, la déesse protectrice des marins, et la divinité Guan Gong, dieu de la Guerre et l’actuel patron de la police taïwanaise. Bien que détruit plusieurs fois à cause des différents tremblements de terre, divers bombardements au cours de la Seconde Guerre mondiale, le temple Longshan a été parfaitement restauré. Ce monument est également classé comme monument historique en 1985 avant de devenir un monument national dans le registre national tenu par le ministère de la Culture en 2018. Nous sommes passées en début de soirée, après une journée à Jiufen (je vous en reparle bientôt!), sous une plue battante. De ce fait, des bâche sont été mises pour couvrir le temple et les lampes rouges étaient encore plus vives, ce qui était magique. Si jamais le temps est plus clément, le marché de nuit de Guangzhou se situe non loin du temple.

Petit point plus léger mais tout aussi important, la nourriture. De manière général, la nourriture taïwanaise est peu chère et copieuse. Au coin d’une petite rue peu connue, entre le temple Bao’an et le quartier de Dihua, qui est d’ailleurs dédié la nourriture locale que vous pouvez ramener, nous avons trouvé un vendeur de petit pain fourré à la viande à NT$15 pièce, soit 40 centimes pour chaque petit pain fourré! Même si celui-ci ne fait pause repas complet, il permet de combler une petite faim jusqu’à l’arrivée dans une rue plus animé, avec plus de restaurant avec un menu en anglais. L’une des spécialités de Taiwan est les nouilles au boeuf. Ce plat copieux tient bien au ventre après une bonne demie-journée ou journée de visite. Nous avons également mangé des champignon fris à la sauce d’huitre (sauce qui sent peu les huitres, parole de personne n’aimant pas ça) ou encore toutes les bouchés vapeurs. Sur la photo, nous avons payé moins de 10€ pour nous deux, de mémoire dans les NT$250 ou NT$300 en tout. Autre plat simple mais bon, le riz au boeuf, une très bonne surprise lors de mon premier soir là-bas. Pour retourner vers les produits de la mer, il existe aussi l’omelette aux huitres. En plats plus originaux, vous pouvez trouver le tofu puant, le stinky tofu, vendu soit frit, sentant un peu moins fort, ou simplement cuit à l’eau (et là, on sent bien l’odeur); il existe également les oreilles de porc émincées ou les boyaux de porcs marinés. Niveau boisson, outre les délicieux jus de fruits frais, Taiwan est le pays du bubble tea! Tous les jours, nous testions une nouvelle enseigne de bubble tea. Au niveau des goûts, mon préféré est le milky tea brown sugar bubble tea. Tellement bon et peu cher!

Et vous, connaissiez-vous Taiwan? Êtes-vous allé à Taiwan? Aimeriez-vous y aller? J’espère que ce premier article vous aura permis de découvrir un nouveau pays!

Bisous!