Okinawa #1: Le jour où j’ai soufflé mon propre verre

Okinawa #1: Le jour où j’ai soufflé mon propre verre

Bonjour tout le monde!

Comment allez-vous? Je reviens après une petite pause de 2 semaines suite à la visite de mes parents et des petits voyages que nous avons faits ensemble. En une semaine, nous sommes allés au deux extrêmes du Japon, Okinawa, l’archipel (presque) tropical, non loin de Taiwan, et Hokkaido, l’île subartictique, proche de la Russie. Je suis revenue à Tokyo avec des paysages incroyables plein les yeux et ayant réalisé certaines expériences plus ou moins originales mais aussi des visites parfois insolites. Aujourd’hui, je vous embarque à Okinawa, ses beaux paysages mais aussi pour ses souffleurs de verre!

Commençons par le début! Okinawa est, en plus d’être le nom de l’île principale, est un archipel et un département japonais. L’archipel des Ryukyu, de son ancien nom, a connu une grande influence chinoise en plus de l’influence japonais, créant ainsi une atmosphère particulière. Les maisons possèdent parfois une architecture plus chinoise, principalement les toits et les tuiles. Son influence japonaise se fait principalement ressentir suite au rattachement de l’archipel, renommé alors Okinawa, à l’empire en 1879. Cependant, suite à la Seconde Guerre mondiale, une certaine influence américaine se fait également ressentir, outre les nombreuses bases de l’US Navy (environ 70% de l’île principale est recouverte par des bases de l’armée!). En effet, Okinawa est également connu pour ses batailles sanglantes et sans merci entre 1944 et 1945. D’ailleurs, Okinawa est redevenu japonais qu’en 1972, étant depuis 1945 sous contrôle américain! De nos jours, Okinawa est souvent comparé au Hawaii japonais et est une destination prisée pour les personnes souhaitant se dépaysé tout en restant au Japon et sans partir très loin. Il ne faut que 3h de vol depuis Tokyo!

Comme toutes les régions du Japon, l’artisanat et les spécialités locales sont mises en valeur dans les divises boutiques de souvenirs. Gâteaux à la patate douce violette, citron, sel, tels sont les spécialités locales en plus du poisson. En souvenir non-culinaire, de nombreuses statuettes plus ou moins grandes de Shisha, la divinité protectrice de l’archipel, sont disponibles et…. des objets en verre fait à la main. L’île d’Okinawa possède diverses souffleries de verre sur toute l’île et il est possible d’en visiter. Nous avons découvert ceci sur place en flânant dans les boutiques de souvenirs. Après une petite recherche, nous avons trouvé la soufflerie de Mori no Gurasu kan près de Nago. Il s’agit d’un atelier de souffleurs de verre qui dispose également d’une boutique. En face se trouve un parking, ce qui est toujours pratique!

L’atelier est grand ouvert, permettant d’admirer le travail en direct des souffleurs. Tout ceci parait simple comme un bonjour mais relève beaucoup de savoir et d’adresse. La moindre erreur peut déformer ou casser la création! Ce spectacle est hypnotique! Face à l’atelier, de bancs avec quelques personnes qui regardaient également le tout. Une employer semble expliquer quelque chose à ce petit groupe. Une des personnes se lève alors et se met devant un moule avant de souffler dans la canne du souffleur, ce dernier à côté. Ainsi, il est possible de participer un peu à ceci?! En effet, l’atelier propose des activités à des heures fixes et créer son propre verre en est une! Il suffit de se rendre à l’accueil et de réserver sa place avant de prendre place. Divers modèles de verres sont disponibles, le prix variant en fonction de ce dernier.

Une fois la réservation faite, avec ma mère, nous nous dirigeons vers le banc et attendons sagement notre tour. La même employer que du début nous donne l’équipement de protection et nous explique ainsi ce que nous allons faire et comment faire. La première étape est celle de souffler doucement la pâte qu’est notre futur verre doucement dans son moule. Une fois soufflé, nous allons à un autre poste pour le tenir à l’aide d’une immense cane tandis d’un artisan coûte le haut du verre, ressemblant alors à une bouteille, avant de le transporter vers un four. Honnêtement, j’ai eu peur de le faire tomber à ce moment précis! Dernière étape pour nous, former l’ouverture du verre. Avant de le faire sur le vrai verre, nous nous entrainons sur un verre déjà terminé. Dernière étape, celle-ci n’étant pas réalisée par nos mains, celle de marquer le numéro du verre avant de le remettre au four pour quelques heures.

Pour récupérer le verre, il existe deux moyens. Il est possible de passer au magasin le lendemain pour le prendre. L’envoi postale dans le monde est également possible. Bien sûr, le prix varie en fonction de la destination. A titre indicatif, l’envoi des 2 verres pour Tokyo a coûté 1500¥ et a mis 4 jours. L’envoi est également possible pour les achats! Concernant la boutique, certains articles sont faits au Vietnam et d’autre dans la soufflerie, fait à la main. Bien sûr, la différence est indiquée et des pastilles de couleurs permettent de faire la différence.

J’espère que ce premier article sur Okinawa et cet article vous a plu. Avez-vous déjà soufflé du verre ou même visité une soufflerie de verre?

Prenez soin de vous!

Bisous <3