Le sanctuaire Nezu sous les azalées

Le sanctuaire Nezu sous les azalées

Bonjour tout le monde! Comment allez-vous? Le Soleil est de retour à Tokyo, tout comme les températures printanières. Le moral remonte également, ce qui est tout aussi agréable. Après les fleurs de cerisiers, Tokyo se colore grâce aux diverses fleurs et de nombreuses festivals se déroulent alors dans la ville et ses alentours. C’est un de ces festivals que je vais aborder, celui du Tsutsuji matsuri, le festival des azalées, au sanctuaire Nezu.

Le sanctuaire Nezu se trouve non loin du fameux parc Ueno, dans l’arrondissement de Bunkyo, un des arrondissements central de Tokyo. Selon certaines croyances, le sanctuaire aurait été construit il y a plus de 1300 ans en arrière par le prince Yamato Takeru. Néanmoins, des sources historiques permettent de dater le sanctuaire du début du XVIIIème siècle. Il trouve alors sa place actuellement, le sanctuaire ayant déménagé à la demande d’un shogoun, ces fameux seigneurs de guerre. Outre son calme et sa beauté, le sanctuaire n’a été que peu détruit par les nombreux bombardements de la Seconde Guerre mondiale. De plus, le sanctuaire Nezu appartient au groupe de Tokyo Jissha, littéralement « Les 10 sanctuaires ». Tokyo Jissha est un ensemble de 10 sanctuaires tokyoïtes sélectionnés par l’empereur Meiji, ayant régné de 1868 et 1911. Un pèlerinage autour de ces 10 sanctuaires est même apparu. De nos jours, le sanctuaire est principalement connu pour son allée de torii, ces portiques vermillions propre à la religion shinto, faisant ainsi un rappel au fameux sanctuaire Fushimi Inari, à Kyoto.

Ce sanctuaire est l’un des piliers du quartier Yanesen, acronyme des quartiers de Yanaka, Nezu et de Sendagi, qui sont des quartiers de Tokyo un peu moins touristiques que Asakusa ou que le sanctuaire Meiji, entre autre, et qui a su gardé une certaine authenticité, voire nostalgie, comme dans la fameuse rue commerçante de Yanaka-Ginza. Entre la mi-avril et début mai, les azalées fleurissent au sein du temple, parant ainsi les collines d’azalées de plus de 3000 fleurs de diverses couleurs. Il y en a des blanches, des roses, des rouges, des jaunes, des violettes. Le mélange de tons et de couleurs permet de créer une atmosphère magique et d’admirer le sanctuaire et les nombreux torii vermillions et blancs sous divers angles. Au pied de la colline se trouve un étang rempli de carpes koi, les poissons les plus connus du Japon, qui sont tout aussi colorés que les fleurs. Entre le rouge, le blanc et le noir des écailles et le bleu de l’eau, nous devons ainsi plus calme et reposé.

Ce sanctuaire tend à devenir plus connu et pour cause. Ils su garder un côté simple et plus abordable que d’autres sanctuaires ou temples de la capitale. De même, avec son jardin et son modeste parc, nous nous coupons entièrement des bruits de la ville, bien que ces derniers restent toujours présents, nous rappelant que nous sommes de même à Tokyo. De plus, l’ambiance des rues alentours reste tout aussi douce, légèrement nostalgique, avec des rues étroites, le sanctuaire étant légèrement caché, ou ses cafés pour une pause plus gourmande autour d’une pâtisserie.

Et vous, connaissiez-vous ce sanctuaire?

Bisous <3