La discrète Tottori

La discrète Tottori

Bonjour tout le monde! Comment allez-vous? Le mois de novembre vient tout juste de commencer. Les températures au Japon sont encore douces pour la saison. Les feuilles commencent doucement mais surement à rougir, ce qui est magnifique. Les décorations de Noël, considérées comme les décorations d’hiver, commencent également à être installées. Néanmoins, aujourd’hui, je reviens une dernière fois sur mon voyage du mois d’octobre avec un article sur Tottori, la dernière étape. De taille relativement moyenne, Tottori est une ville remplie de découverte de lieux magiques. Préparez-vous pour le décollage car il y a de nombreuses photos!

La côte de Uradome 浦富海岸

La région de Tottori, particulièrement celle proche de la ville éponyme, est célèbre pour ses falaises et sa côte impressionnantes. Depuis le centre ville, la côte de Uradome, Uradome Kaigan en japonais, est la plus facile d’accès. Depuis la gare JR de Tottori, des bus vont jusqu’à l’accueil des tours en bateau Uradome Kaigan Shimameguri Yuranzen pour admirer la côte. Le trajet en bus dure une quarantaine de minutes mais permet de lier, à l’allée ou au retour, la visite de la dune de Tottori et/ou le musée du sable. Il est également possible de prendre le train jusqu’à la gare JR d’Iwami et de marcher 1Km.

La croisière, au prix de 1300¥, dure une quarantaine de minutes et permet de s’approcher des rochers et des falaises plongeants dans l’eau bleue de la Mer du Japon. Certaines falaises mesurent jusqu’à 25m! Les couleurs sont particulièrement vives, mélangeant ainsi le bleu, le marron et le vert sans oublier les tons plus clairs du sable. Des commentaires sont donnés à bord mais sont, une nouvelle fois, en japonais. Les bateaux peuvent accueillir jusqu’à une vingtaine de personnes sur la partie extérieure. Cette partie de la côte est d’ailleurs classée au Patrimoine mondial de l’Unesco. Bien qu’en dehors de la ville même, elle vaut le détour!

Le musée du sable 砂の美術館

Musée plutôt intriguant, le musée du sable n’est pas un musée narrant l’histoire du sable et les différentes variétés existantes mais rassemble de nombreuses statues de sables faites par divers artistes autour d’un même thème. Lors de ma visite, le thème était les contes et personnes des pays du Scandinaves. Les thèmes changent tous les ans. Etant donné que chaque statue demande un certain temps de réalisation et qu’il n’est pas possible de les déplacer, le musée est fermée du 4 janvier et réouvre le 15 mars. Les sculptures sont impressionnantes aussi bien par la taille mais aussi par la précision de certains détail. Une passerelle au deuxième étage permet de se rendre compte du travail titanesque réalisé pour ce musée mais aussi de découvrir sous un nouvel angle les statue. Pour 600¥, la visite peut émerveiller tous les âges, des plus petits comme des plus grands.

La dune de Tottori 鳥取砂丘

Non loin du musée du sable se trouve la principale attraction de la ville de Tottori, si ce n’est pas de sa région. Elle est le symbole de cette région, la dune de sable de Tottori. Semblable à la Dune du Pilat, la dune de Tottori est impressionnante de part sa longueur, presque 16km, et sa largeur, 2km par endroit. Il est possible d’escalader la dune gratuitement mais préparez vos mollets! Avec un sommet culminant à 90m, l’ascension de la dune prend quelques minutes mais la vue est sublime. Des télésièges relient l’entrée du musée du sable et la dune de Tottori.

Jinpūkaku 仁風閣

Villa terminée en 1907, son architecture s’inspire des maisons françaises de la Renaissance. Nichée au pied d’une colline, devant les ruines du château de Tottori, le bâtiment en bois est d’un blanc écarlat malgré son centenaire passé. La villa Jinpūkaku a été le premier bâtiment de la ville de Tottori ayant le téléphone et l’électricité. Et pour cause! La villa a été construite par un ancien puissant clan de la région, le clan Ikeda. La ville Jinpūkaku est connue pour avoir logé le prince héritier Yoshihito, futur empereur Taishō (1912-1926). Il est possible de visiter la bâtisse pour 150¥,ce qui est vraiment raisonnable. La majorité des explications sont cependant en japonais. L’intérieur de la ville a su garder son cacher d’autant avec des tapisseries anciennes, des meubles d’époque, parfois importés d’Europe. De plus, il est possible d’admirer le jardin depuis la véranda du premier étage. En effet, la villa possède un immense jardin où il est possible de se promener gratuitement. Il est possible de prendre le bus depuis la gare JR de Tottori. Si vous préférez marcher, prévoyez une demi-heure de marche jusqu’à la ville.

J’ai découvert cette villa un peu par hasard étant donné que certaines scènes d’un de mes films préféré ont été tourné là-bas. Le film en question, Rurouni Keshin (Kenshin le Vagabond), est, je crois, peu connu en France. Si jamais les histoires de samurai déchus, de vengeance vous plait, je ne peux que vous conseiller ce film, qui existe aussi en anime et en manga! (Dommage que les films ne soient pas disponible sur Netflix). J’étais super contente de visiter cet endroit!
Derrière la villa se trouve les ruines du château de Tottori. De nos jours, il ne reste presque plus rien de ce qu’était le château. Cependant, se trouvant au sommet d’une colline, la vue sur la ville est jolie. En effet, les ruines ont été réaménagés comme jardin avec divers bancs pour se reposer.

Le tempe Kannon-in 観音院

Pour finir cette visite de Tottori, j’ai visite le temple Kannon-in et son jardin de taille modeste ayant un étang au milieu. L’entrée du temple coûte 500¥ mais la personne à l’accueil nous apporte un bol de thé matcha local et une confiserie de poire, fruit très populaire et cultivé dans la région. Si vous avez un peu de temps en ville, je vous conseille cette visite plus que reposante!

J’espère que vous avez aimé cette petite série sur ce petit périple et que vous avez pu découvrir d’autres villes au Japon et même, peut-être, une nouvelle facette du pays. Ou aimeriez-vous aller parmi toutes ces villes?

Bisous!

(Petit bonus de ma tête super heureuse devant la ville Jinpūkaku )