Kamakura, temples et sanctuaires d’une ancienne capitale

Kamakura, temples et sanctuaires d’une ancienne capitale

Bonjour tout le monde,
Comment allez vous? Après deux semaines marquées de visite et de sorties, je reviens sur l’une d’elles, celle de Kamakura.

La ville de Kamakura existe depuis plus d’un millénaire. Celle-ci est la première capitale du Japon se situant dans l’est du pays, les précédentes étants centrées sur la région d’Osaka. Le pouvoir se trouve à Kamakura de 1183 à 1333. De ces 2 siècles de puissance, il reste de nombreux temples et sanctuaires mais aussi des jardins et l’époque éponyme, l’époque de Kamakura. De nos jours, Kamakura principalement connue par les touristes pour son immense Bouddha et apprécié pour ses plages quand les températures augment. La ville est accessible depuis Tokyo par diverses gares comme celle de Shinjuku, Shibuya, Shinagawa, Ueno et Ikebukuro. Comptez entre une bonne heure et une trentaine de minutes de trajets en fonction de la gare. Ainsi, il est tout à fait possible de faire l’aller-retour depuis Tokyo en une journée. De plus, les principales attractions touristiques sont regroupées dans la même zone de la ville. Il est possible de les rejoindre aussi bien à pieds qu’en bus ou en train local, le Enoshima Densha, aussi appelé Enoden.
Je suis allée 3 fois en tout à Kamakura, une fois en août 2016 et deux fois depuis mon arrivée en septembre. Et si je vous emmenais avec moi pour vous montrer ce que j’ai visité lors de ma troisième visite de la ville? Une deuxième partie arrivera plus tard!

Le Hase-dera, le temple pour Kannon à onze têtes

Construit en 736, le temple Hase-dera est consacré au bodhisattva Kannon à onze tête, Kannon jûichimen en japonais. La plus grande statue en bois du Japon de ce bodhisattva se situe dans l’enceinte de se temple, dans le bâtiment principal. Kannon domine ainsi du haut de ses 9,18m tous les visiteurs, ses yeux nous suivant où que nous soyons dans la pièce. Cette immense statue a échoué au bord de ce qui allait devenir le temple. Le temple se situant sur une colline, les bâtiments principaux se situent au sommet de cette dernière, nous offrant alors une sublime vue sur la baie de Sagami. Pour avoir une plus belle vue, il faut encore monter quelques marches pour suivre le chemin de la prospérité. Néanmoins, avant d’accéder au Kannon-dô, le bâtiment dédié à Kannon, il faut monter quelques marches.


Juste après l’entrée du temple, entrée marquée par une grande porte et une immense lanterne rouge, un jardin et un étang apparaissent. Tout le long des sentiers, des petites statues de Jizô, divinité protectrice, apporte réconfort et nous surveille. De nombreux arbres et fleurs égayent notre visite. Prenez ainsi le temps d’admirer le jardin zen, celui Shoin, où les croyants peuvent recopier quelques sustras. Non loin se trouve une petite cave dans laquelle sont sculptées les statues du saint japonais Kodo Daishi et de ses enfants. Il est possible de prier à l’intérieur et de brûler un cierge.
Prenez les escaliers de gauche une fois la visite de la cave terminée pour accéder au Jizo-do, dédié à Jizo qui est la divinité protégeant les enfants en bas âge et la descendance de manière générale. De nombreuses statues et statuettes sont ainsi alignés, décorés par des fleurs de temps à autre. En montant les escaliers pour le palier suivant, nous arrivons à ma partie préférée, celle du Inari-sha, également appelé Kakigara-sha, le sanctuaire des coquilles d’huitre. Selon la légende, la statue de Kannon aurait été protégée par des coquilles d’huitre. Pour rendre hommage à ceci, ce petit sanctuaire y est dédié et il est possible d’écrire son ou ses voeux sur une coquille!


A votre gauche, tout au milieu se dresse le Kannon-do avec la fameuse statue de Kannon. Cependant, prenons le temps d’admirer la statue dédiée à Amida dont le rôle est de protéger les mauvais esprits et la malchance. le bâtiment après le Kannon-do est le musée dédié à cette divinité. Enfin, le dernier bâtiment, le kyozo, entouré de bambou conserve un Rinzo où des sustra sont écrits à la main. Les faire bouger dans un certain sens apporterait autant de bienfaits que de recopier des sustra.
Pour découvrir toutes ces beautés, il faut compter 300¥ pour l’entrée du temple, avec un supplément pour l’entrée musée.

Le Kotoku-in ou le (fameux) grand Bouddha

Le Bouddha de Kamakura est l’un des plus célèbre du Japon, et pour cause, il s’agit d’un des plus grands du pays. Cette statue de bronze assis mesure 11,3 mètres sans compter la plateforme, 13,35 mètres avec. La statue actuelle a été inaugurée en 1252 pour remplacer un Bouddha en bois abimée suite à une tempête. A l’origine, la statue de Bouddha se situait dans un bâtiment du temple. Néanmoins, suite à un tsunami en 1498, il a été décidé de laisser la statue à l’air libre. De plus, au fils des siècles, la couleur de la statue a changé, passant du doré au vert actuel.
Il est possible d’entrée dans le Bouddha et admirer l’architecture et l’assemblage interne de ce colosse pour 20¥, une vraie bouchée de pain. L’entrée du temple en lui-même coûte 200¥.


Outre le Daibutsu, il est toujours agréable de flâner dans le jardin du Kotoku-in et les boutiques souvenirs tenues par des personnes âgées. N’hésitez pas à goûter aux dango, ces boulettes de de pâte de riz sucrée avec de a sauce sucrée.
Bien que ce temple ne soit pas mon préféré de la ville, je suis toujours impressionnée de la taille du Bouddha mais surtout voir les boutiques souvenirs. Les cartes postales sont simplement sublimes, un peu inspiration aquarelle (j’aime par dessus tout l’aquarelle), et des petits gâteaux bien emballés. Ce temple reste un incontournable de Kamakura.

Et vous, connaissiez vous Kamakura? Aimeriez-vous y aller?

Bisous <3